Solennité du jour : 29 mai 2022 DIMANCHE des 318 PERES DU 1er CONCILE OECUMENIQUE DE NICEE

SEPTIEME SEMAINE DE PAQUES

DIMANCHE DES 318 PÈRES DU PREMIER CONCILE ŒCUMÉNIQUE DE NICÉE (7ème dimanche de Pâques)

Ce concile fut réuni en 325 à Nicée pour condamner les erreurs d’Arius, prêtre d’Alexandrie, qui soutenait que le Verbe n’est pas consubstantiel au Père.

Jadis, cette commémoraison était fixée au 29 mai (Ménologe de Basile) ; chez les Coptes, au 9 novembre, et chez les Syriens au 21 février. Le 17 juillet, ou le dimanche qui suit, a lieu une seconde commémoraison de ce concile.

Son transfert au dimanche qui suit l’Ascension a eu pour but de nous rappeler que celui qui est monté aux ci eux est le Verbe de Dieu fait homme, homme complet et Verbe consubstantiel au Père. Dans cette fête la liturgie cherche moins à honorer les 318 Pères du concile qu’à remercier Dieu qui, par leur entremise, a affermi la vraie foi. On se rappellera, dans un souci oecuménique, que par la foi de Nicée un grand nombre d’Églises séparées les unes des autres communient dans la doctrine fondamentale et essentielle du christianisme.

TROPAIRE DES SAINTS PÈRES Mode 8.

Infiniment glorifié es-tu. Christ notre Dieu, car tu as établi nos Pères comme des astres sur terre. Par eux, tu nous as tous amenés vers la vraie foi. Très miséricordieux, gloire à toi !

KONDAKION DE L’ASCENSION Mode 6.

Ayant accompli le plan providentiel sur nous, et uni la créature terrestre aux habitants du ciel, tu fus enlevé en gloire. Christ notre Dieu, sans nullement t’éloigner, mais demeurant inséparable et criant à ceux qui t’aiment : « Je suis avec vous et personne ne peut rien contre vous. »

29 MAI Mémoire de la sainte martyre THÉODOSIE.

Cette bienheureuse et sainte vierge naquit à Tyr. Un jour, à peine âgée de 17 ans, elle rencontra des chrétiens enchaînés qu’on menait au supplice ; elle s’approcha d’eux en présence des juges et les pria de se souvenir d’elle quand ils seraient devant le Seigneur. Sa démarche la trahit ; on la mena aussitôt devant le préfet de Palestine Urbain, qui lui enjoignit de sacrifier aux idoles. Sur son refus le cruel président ordonna de lui déchirer les côtés, jusqu’à laisser voir les os et les entrailles. Après avoir supporté vaillamment toutes ces tortures, cette sainte fille fut noyée dans la mer et rendit ainsi son âme à Dieu, dans la ville de Césarée, le jour de la Résurrection de Notre Seigneur, sous l’empereur Maximin, en 307.

Liturgicon, Missel byzantin à l’usage des fidèles, Mgr. Néophytos Edelby

Partagez cet article

Articles récents

Défilement vers le haut