Solennité du jour : 25 janvier 2021

25 JANVIER Mémoire de notre saint père GREGOIRE LE THEOLOGIEN,

archevêque de Constantinople.

Ce père et docteur de l’Eglise naquit vers 329 à Arianze, bourg de la Cappadoce Seconde, aux environs de Nazianze, s’appelait aussi Grégoire et sa mère Nonna. Il étudia d’abord à Césarée de Cappadoce, puis à Alexandrie, enfin à Athènes, où il se lia d’une étroite amitié avec Saint Basile. De retour dans son pays en 357, il reçut le Saint Baptême et s’adonna à l’ascèse avec son ami, dans les solitudes du Pont. Il fut ordonné prêtre de l’Eglise de Nazianze, par son propre père, et fut sacré évêque de Sasimes, siège suffragant de Césarée, par Saint Basile. En 375, il se retira au monastère de Sainte Thècle, à Séleucie d’Isaurie. C’est de là qu’en 379 il partit au secours de l’Eglise de Constantinople, troublée depuis 40 ans par les Ariens. Par ses sages discours et par ses souffrances, appuyé du reste par le pieux empereur Théodose le Grand, il parvint, non sans beaucoup de peine, à libérer son Eglise de la peste des hérésies ; aussi en fut-il nommé archevêque par le deuxième concile œcuménique de Constantinople, en 381. Très peu de temps après, il démissionna et rentra à Nazianze en juin 381, puis à Arianze, où il termina le reste de sa vie et s’endormit dans le Seigneur en 389 ou 390. L’élévation de ses écrits théologiques lui a mérité le surnom de « Théologien ». Ce qui nous reste de son œuvre, discours et poésies de tout genre, témoigne de sa brillante éloquence et de sa remarquable science.

TROPAIRE Mode 1

La flûte pastorale de ton enseignement théologique a vaincu les rhéteurs. Tu scrutais les profondeurs de l’Esprit, mais il te fut donné par surcroît la beauté de l’expression littéraire. Grégoire notre Père, prie le Christ Dieu de sauver nos âmes.

Liturgicon, Missel byzantin à l’usage des fidèles, Mgr. Néophytos Edelby

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Articles récents

Défilement vers le haut