Solennité du jour : 16 mai 2021 DIMANCHE DES 318 PÈRES DU PREMIER CONCILE ŒCUMÉNIQUE DE NICÉE

(7ème dimanche de Pâques)

Ce concile fut réuni en 325 à Nicée pour condamner les erreurs d’Arius, prêtre d’Alexandrie, qui soutenait que le Verbe n’est pas consubstantiel au Père.

Jadis, cette commémoraison était fixée au 29 mai (Ménologe de Basile) ; chez les Coptes, au 9 novembre, et chez les Syriens au 21 février. Le 17 juillet, ou le dimanche qui suit, a lieu une seconde commémoraison de ce concile.

Son transfert au dimanche qui suit l’Ascension a eu pour but de nous rappeler que celui qui est monté aux ci eux est le Verbe de Dieu fait homme, homme complet et Verbe consubstantiel au Père. Dans cette fête la liturgie cherche moins à honorer les 318 Pères du concile qu’à remercier Dieu qui, par leur entremise, a affermi la vraie foi. On se rappellera, dans un souci oecuménique, que par la foi de Nicée un grand nombre d’Églises séparées les unes des autres communient dans la doctrine fondamentale et essentielle du christianisme.

TROPAIRE DES SAINTS PÈRES Mode 8.

Infiniment glorifié es-tu. Christ notre Dieu, car tu as établi nos Pères comme des astres sur terre. Par eux, tu nous as tous amenés vers la vraie foi. Très miséricordieux, gloire à toi !

KONDAKION DE L’ASCENSION Mode 6.

Ayant accompli le plan providentiel sur nous, et uni la créature terrestre aux habitants du ciel, tu fus enlevé en gloire. Christ notre Dieu, sans nullement t’éloigner, mais demeurant inséparable et criant à ceux qui t’aiment : « Je suis avec vous et personne ne peut rien contre vous. »

16 MAI Mémoire de notre saint père THÉODORE LE SANCTIFIÉ,

disciple de Saint Pacôme.

Saint Théodore fut le disciple et l’émule de saint Pacôme dans la voie de la perfection. Il mourut au cours du IVe siècle. Il aurait été appelé le « Sanctifié », soit à cause de sa grande vertu, soit aussi, d’après certains, parce qu’il aurait été le premier ou le seul parmi les moines de Tabennisie à être élevé au sacerdoce.

TROPAIRE Mode 1

Citoyen du désert et ange dans la chair, tu es devenu thaumaturge, ô notre Père théophore Théodore. Par le jeûne, les veilles et la prière, tu as reçu les dons célestes pour guérir les malades et les âmes de ceux qui, avec foi, ont recours à toi. Gloire à celui qui t’a donné la force ! Gloire à celui qui t’a couronné ! Gloire à celui qui, par toi, accorde à tous la guérison !

Liturgicon, Missel byzantin à l’usage des fidèles, Mgr. Néophytos Edelby

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Articles récents

Défilement vers le haut