Solennité du jour : 8 SEPTEMBRE 2021 NATIVITÉ DE NOTRE DAME, la Très Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie.

Cette fête fut à l’origine celle de la dédicace de l’église Sainte Anne à Jérusalem, au lieu où la tradition plaçait la maison de Saint Joachim et de Sainte Anne, où naquit la Vierge. Cette fête fut ensuite adoptée par Byzance et, au Vllème siècle, par Rome.

Selon une ancienne tradition, insérée dans un écrit apocryphe du Même siècle (Nativité de Marie) et reprise plus tard dans le protévangile de Jacques, Joachim et Anne, qui n’avaient pas d’enfant, reçurent la visite d’un ange du Seigneur qui leur annonça la conception d’une fille à qui était réservée un destin exceptionnel. Après la naissance de la fille, ils veillèrent soigneusement à son éducation, jusqu’au jour où ils purent la conduire au temple, où la vierge-enfant devait vivre, miraculeusement nourrie par un ange.

La Sainte Liturgie nous invite à considérer spécialement la participation de Marie à l’œuvre rédemptrice. Marie est la collaboratrice de son Fils, par le fait-même qu’elle l’a conçu et engendré. Destinée avant tous les siècles à l’accomplissement de cette œuvre merveilleuse, elle se présente dès le jour de sa naissance comme l’immaculée Reine du monde, celle qui donne, dans la joie éternelle, le Soleil de Justice à l’humanité. « Bienheureux couple, s’écrie Saint Jean Damascène, s’adressant aux parents de la Vierge, toute la création vous est redevable. C’est en effet par vous qu’elle a pu offrir au Créateur un présent au-dessus de tous les présents, la chaste Mère, qui seule était digne de ce Créateur. Réjouis-toi, Joachim, car le Fils nous est né de ta fille. »

TROPAIRE Mode 4

Ta naissance, ô Mère de Dieu, a annoncé la joie à tout l’univers, car de toi s’est levé le Soleil de Justice, le Christ notre Dieu, qui, en enlevant la malédiction, nous a donné la bénédiction ; en anéantissant la mort, il nous a donné la vie éternelle.

KONDAKION Mode 4

À ta sainte naissance, ô toute pure, Joachim et Anne ont été délivrés du déshonneur de la stérilité, Adam et Ève de la corruption de la mort. Ton peuple, qui lui aussi cette naissance, libéré qu’il est du poids du péché, s’écrie vers toi : « Celle qui était stérile a mis au monde la Mère de Dieu, nourricière de notre vie. »

Liturgicon, Missel byzantin à l’usage des fidèles, Mgr. Néophytos Edelby

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Articles récents

Défilement vers le haut