Solennité du jour : 4 juin 2021, OCTAVE DE LA FETE DIEU

Fête du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ.

Cette fête est, dans le rite byzantin, propre à l’Église melkite catholique. Instituée en Occident en 1264 par le Pape Urbain IV, elle se répandit chez nous dans la première moitié du XVIIle siècle. Le Patriarche Maximos Hakim et le Père Nicolas Sayegh, Supérieur Général de l’Ordre de St-Jean de Chouéir et célèbre poète de la renaissance littéraire arabe, en composèrent l’office, selon le type et l’inspiration des fêtes du Seigneur, donnant par là un modèle précieux de ce que pourrait être l’introduction harmonieuse de nouvelles fêtes dans le rite byzantin.

TROPAIRE Mode 1.

Le Seigneur, ayant aimé les siens, les aima jusqu’à la fin. Il leur donna son corps et son sang en nourriture et en breuvage. Maintenant, nous les adorons tous les deux, les honorant avec respect, et nous disons avec piété :« Gloire à ta présence, ô Christ ! Gloire à ta miséricorde ! Gloire à ta tendresse, toi qui seul aimes les hommes !»

KONDAKION Mode 2.

Ô Christ, ne considère pas avec dédain que je prenne pour nourriture ton corps et ton sang divin ; et que ma communion ne soit pas pour ma condamnation, à moi misérable, mais pour la vie éternelle et sans fin.

4 JUIN Mémoire de notre saint père METROPHANE, évêque de Constantinople.

Saint Métrophane fut évêque de Byzance vers 306 ou 307 et mourut le 4 juin 314. D’après certains, il aurait été évêque de Byzance en 320, et aurait envoyé en 325 un représentant au premier concile oecuménique de Nicée, son grand âge l’ayant empêché d’y assister en personne. En tout cas, il faut remarquer que les canons Triadiques qui, dans l’Octoèque, portent le nom de Métrophane, sont d’un autre Métrophane, évêque de Smyrne, qui vécut vers le milieu du IXe siècle, au temps du patriarche Photius.

TROPAIRE Mode 4.

La vérité de tes œuvres, ô Père et Pontife Métrophane, t’a rendu pour ton troupeau règle de foi, modèle de douceur, maître de tempérance. Aussi as-tu obtenu, par ton humilité, l’exaltation, par ta pauvreté, la richesse. Prie le Christ Dieu de sauver nos âmes.

Liturgicon, Missel byzantin à l’usage des fidèles, Mgr. Néophytos Edelby

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Articles récents

Défilement vers le haut