Solennité du jour : 4 avril 2022 Mémoire des saints martyrs THÉODULE et AGATHOPODE, et de nos saints pères GEORGES DE MALÉE et JOSEPH EHYMNOGRAPHE.

4 AVRIL Mémoire des saints martyrs THÉODULEAGATHOPODE,

et de nos saints pères GEORGES DE MALÉE et JOSEPH EHYMNOGRAPHE.

Théodule, lecteur, et Agathopode, diacre, originaires tous deux de Thessalonique, subirent le martyre au début du IVe siècle. Saint Georges vécut à Malée en Laconie, à une date incertaine.

Quant à Joseph l’Hymnographe, il naquit dans la province de Sicile vers 813. Une invasion arabe, en 827, l’ayant obligé à quitter sa patrie, il vint s’installer avec sa mère et ses frères dans le Péloponèse, puis à Thessalonique. À l’âge de quinze ans, il entra dans un couvent de cette ville, où il reçut l’ordination sacerdotale. Vers 840, il vint à Constantinople avec Saint Grégoire le Décapolite, au moment où l’empereur impie Théophile reprenait la lutte iconoclaste ; les orthodoxes prièrent Saint Grégoire d’envoyer Joseph à Rome afin d’informer le Pontife romain de ce qui se passait. Joseph partit, mais fut fait prisonnier par des corsaires et conduit enchaîné en Crète. Remis en liberté après la mort de Théophile, en 842, Saint Joseph revint à Constantinople. En compagnie de Saint Jean, autre disciple de Saint Grégoire le Décapolite, il se retira pendant plusieurs années au désert, puis auprès de l’église de Saint Chrysostome, où il demeura cinq ans. A la mort de Jean, il construisit là un monastère à lui. Il souffrit généreusement pour la foi orthodoxe et combattit si vaillamment l’impie Bardas que celui-ci l’exila à Cherson. Revenu d’exil, quelques années plus tard, il fut nommé Skévophylax de la Grande Église par Ignace, patriarche pour la seconde fois (867- 877) ; après la mort de ce dernier, il jouit d’une grande estime auprès de Photius, et s’éteignit dans le Seigneur le 3 avril 883. Doué du charisme des hymnes sacrées, il illumina l’Église de ses nombreuses compositions. Beaucoup de canons des Ménées sont de lui ; aussi fut-il appelé l’Hymnographe par excellence.

Liturgicon, Missel byzantin à l’usage des fidèles, Mgr. Néophytos Edelby

Partagez cet article

Articles récents

Défilement vers le haut