Solennité du jour : 2 juin 2022 Jeudi de l’octave de l’ASCENSION de Notre Seigneur et mémoire de notre père Nicéphore le Confesseur

ASCENSION DE NOTRE SEIGNEUR ET SAUVEUR JÉSUS CHRIST

Cette fête était déjà instituée et célébrée à Jérusalem au IVème siècle. Elle a pour objet le triomphe du Sauveur qui corporellement, rentre au ciel pour y asseoir notre humanité sur le trône divin lui-même.

C’est donc pour nous aussi un jour triomphal : par notre union avec le Christ, dans l’unité de son Corps mystique, nous faisons également notre entrée au ciel, du moins en droit, en attendant que le Seigneur revienne juger l’univers et appelle ses élus, pour les introduire dans son Royaume.

TROPAIRE Mode 4.

Tu fus enlevé en gloire. Christ notre Dieu, réjouissant tes disciples par la promesse de l’Esprit Saint, et les affermissant par ta bénédiction, car tu es le Fils de Dieu, le Rédempteur du monde.

On dit trois fois ce Tropaire.

KONDAKION Mode 6.

Ayant accompli le plan providentiel sur nous, et uni la créature terrestre aux habitants du ciel, tu fus enlevé en gloire. Christ notre Dieu, sans nullement t’éloigner, mais demeurant inséparable et criant à ceux qui t’aiment : « Je suis avec vous et personne ne peut rien contre vous. »

2 JUIN Mémoire de notre saint père NICÉPHORE le Confesseur,

archevêque de Constantinople

Saint Nicéphore naquit vers 758 à Constantinople et y fut élevé, sous l’empereur impie Constantin Copronyme. Ses parents, Théodore et Eudocie, étaient de famille noble et illustre : Théodore, secrétaire des rescrits impériaux, accusé d’honorer les saintes Images, fut déchiré à coups de fouets et envoyé dans une affreuse prison de Mylassa en Carie d’Asie ; rappelé dans la suite, il refusa d’obéir aux ordres de l’empereur et fut de nouveau exilé à Nicée. Il y resta six ans et rendit son âme au milieu de multiples souffrances. Son fils Nicéphore fut nommé à son tour, pour son éducation soignée, secrétaire impérial et assista de la sorte au concile oecuménique de 787, deuxième de Nicée. Il quitta Constantinople et gagna les côtes du Bosphore, où il demeura seul avec Dieu. Rappelé dans la ville par l’empereur Constantin Porphyrogénète, il fut nommé administrateur de l’Hôpital des pauvres dans la capitale. À la mort du saint archevêque Taraise, on le conjura de monter sur le trône de Constantinople ; il accepta à contre-cœur en 806. Mais peu après, Léon l’Arménien, devenu empereur en 813, fit la guerre aux saintes Icônes. Il déposa Saint Nicéphore de son trône et l’exila en 815 à Chrysopolis (Scutari). Le Saint, accablé de douleurs prolongées, remit son âme à Dieu en terre d’exil sous l’empereur Michel le Bègue, successeur de Léon, le 2 juin 829. La translation de ses saintes reliques, qui eut lieu en 847, sous le patriarche Saint Méthode, est fêtée le 13 mars.

TROPAIRE Mode 4.

La vérité de tes œuvres, ô Père et Pontife Nicéphore, t’a rendu pour ton troupeau règle de foi, modèle de douceur, maître de tempérance. Aussi as-tu obtenu, par ton humilité, l’exaltation, par ta pauvreté, la richesse. Prie le Christ Dieu de sauver nos âmes.

Liturgicon, Missel byzantin à l’usage des fidèles, Mgr. Néophytos Edelby

Partagez cet article

Articles récents

Défilement vers le haut