Solennité du jour : 17 avril 2021 SAMEDI DE LA SEMAINE DE L’APÔTRE THOMAS

SAMEDI DE L’APÔTRE S. THOMAS (dimanche après Pâques)

TROPAIRE Mode 7.

Bien que le sépulcre fût scellé, tu es sorti du tombeau, ô Christ Dieu, notre Vie. Les portes étant bien closes, tu t’es présenté aux disciples, toi la Résurrection de tous, renouvelant en nous par leur intermédiaire l’Esprit de droiture, selon ta grande miséricorde.

Thomas n’avait pas eu plus confiance en Pierre que les autres apôtres n’avaient cru les saintes femmes. Mais lorsqu’ils furent convaincus par l’évidence même du fait, Thomas demeura récalcitrant, croyant les autres victimes d’hallucination. Il voulait toucher les blessures du Seigneur, il ne se fiait qu’à lui-même.

Apprenons à avoir pour ceux qui doutent la même indulgence que le Christ. Sept jours durant, il abandonna Thomas à ses dénégations obstinées. Puis, il daigna satisfaire sa curiosité. Et c’est à Thomas, l’incrédule, qu’échappa le premier acte de foi explicite en la divinité du Ressuscité : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Mais, heureux, dit Jésus, ceux qui croient sans avoir vu. Thomas lui-même en était. Comme l’a très bien dit S. Grégoire, ayant vu l’humanité glorieuse de Jésus, il a cru à sa divinité, ce qui est le véritable acte de foi.

La foi était plus facile aux apôtres, qui avaient joui de la présence du Seigneur. Mais nous ne devons pas oublier que le Seigneur nous a promis, à nous aussi, sa présence intérieure, en compagnie du Père et du Saint Esprit, présence qui rend la foi plus facile et plus douce.

17 AVRIL Mémoire du saint hiéromartyr SIMÉON de Perse,

et de ses compagnons, et de Saint ACACE, évêque de Mélitène.

Saint Simeon était archevêque de Séleucie-Ctésiphon en Perse, du temps du roi Sapor. Il souffrit le martyre le Vendredi Saint de l’an 341, en compagnie de deux prêtres : Abdaiklas et Ananie, d’un curopalate du nom de Puscius et de sa fille qui menait la vie monastique.

Saint Acace était prédicateur de la foi chrétienne au temps de l’empereur Dèce. Saisi et amené devant le consul Marcien, il fut interrogé sur la doctrine qu’il prêchait. Il exposa alors l’économie du salut et réfuta les fables païennes. On lui fit subir alors les tortures habituelles et on le retint en prison. Le consul écrivit à son sujet à l’empereur Dèce, en lui envoyant le procès-verbal de son interrogatoire. Mais, sur l’ordre de l’empereur, le Saint fut relâché et vécut, le reste de ses jours, portant dans son corps les stigmates du Christ. Il s’éteignit en paix, après avoir instruit un grand nombre de personnes dans la foi chrétienne et s’être illustré par sa doctrine et ses miracles.

Liturgicon, Missel byzantin à l’usage des fidèles, Mgr. Néophytos Edelby

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Articles récents

Archives
Défilement vers le haut