Solennité du jour : 17 juin 2021, octave de la Fête-Dieu et Mémoire des saints martyrs MANUEL, SABEL et ISMAEL

Fête du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ.

Cette fête est, dans le rite byzantin, propre à l’Église melkite catholique. Instituée en Occident en 1264 par le Pape Urbain IV, elle se répandit chez nous dans la première moitié du XVIIle siècle. Le Patriarche Maximos Hakim et le Père Nicolas Sayegh, Supérieur Général de l’Ordre de St-Jean de Chouéir et célèbre poète de la renaissance littéraire arabe, en composèrent l’office, selon le type et l’inspiration des fêtes du Seigneur, donnant par là un modèle précieux de ce que pourrait être l’introduction harmonieuse de nouvelles fêtes dans le rite byzantin.

TROPAIRE Mode 1.

Le Seigneur, ayant aimé les siens, les aima jusqu’à la fin. Il leur donna son corps et son sang en nourriture et en breuvage. Maintenant, nous les adorons tous les deux, les honorant avec respect, et nous disons avec piété :« Gloire à ta présence, ô Christ ! Gloire à ta miséricorde ! Gloire à ta tendresse, toi qui seul aimes les hommes !»

KONDAKION Mode 2.

Ô Christ, ne considère pas avec dédain que je prenne pour nourriture ton corps et ton sang divin ; et que ma communion ne soit pas pour ma condamnation, à moi misérable, mais pour la vie éternelle et sans fin.

17 JUIN Mémoire des saints martyrs MANUEL, SABEL et ISMAEL.

Ces trois frères martyrs étaient perses d’origine. Leur père était chef des Mages, mais leur mère était une fervente chrétienne. Ils apprirent la vraie foi et les Saintes Écritures auprès d’un saint prêtre nommé Eunice. Ils furent envoyés par le roi de Perse Sapor II auprès de Julien l’Apostat, pour négocier la paix. A Chalcédoine, ils virent l’empereur et un grand nombre de ses sectateurs sacrifier auxidoles dansle temple appeléTrigone ; ils s’en affligèrent grandement et leur piété leur fit demander au Christ de les garder dans sa foi et de ne pas permettre qu’ils soient ébranlés par les erreurs païennes. Accusés auprès de l’Empereur par le cubiculaire Indix, on les flagella cruellement, on leur transperça les os et on leur brûla les côtés avec des torches ardentes… Ils consommèrent leur martyre par le glaive à Chalcédoine.

TROPAIRE Mode 4.

Tes martyrs. Seigneur, par leur combat, ont reçu de toi, notre Dieu, la couronne incorruptible. Avec ta force, ils ont terrassé les tyrans et brisé même l’audace impuissante des démons. Par leurs supplications, ô Christ Dieu, sauve nos âmes.

Liturgicon, Missel byzantin à l’usage des fidèles, Mgr. Néophytos Edelby

Partagez cet article

Articles récents

Défilement vers le haut