Solennité du jour : 14 février 2021

14 FEVRIER Mémoire de notre saint père AUXENCE,

et de notre bienheureux Père MARON l’ermite.

Saint Auxence, né en Syrie vers la fin du IVème siècle, fut enrôlé dans le quatrième corps de la garde impériale. Il embrassa la vie monastique sur une montagne en face d’Oxie vers 442-443. Très austère dans sa vie et très orthodoxe dans sa doctrine, il s’appliqua à combattre les hérésies d’Eutychès et de Nestorius ; il accepta, sur l’invitation de l’empereur Marcien et du Patriarche Anatole, le saint concile œcuménique de Chalcédoine. Il ne retourna plus sur la montagne d’Oxie, mais choisit en 452 une colline escarpée, élevée et rocailleuse, appelée Scopos, y établit sa cellule et renvoya ses compagnons, après les avoir fortifiés par ses prières. Il mourut à un âge très avancé, avant 473, sous l’empereur Léon, et fut enseveli dans la chapelle du monastère de femmes, appelé Trichinarie, qu’il avait fondé.

            Saint Maron vécut en anachorète, au Vème siècle, dans les environs d’Apamée. C’est à lui probablement que Saint Jean Chrysostome écrivit de Cucuse en 405. Il serait mort avant 423. Au VIème siècle, entre Apamée et Emèse, on relève l’existence d’un monastère qui porte son nom. Ce monastère se distingua par son attachement au concile de Chalcédoine et ses luttes contre les Nestoriens et les Monophysites. L’Eglise Maronite vénère aussi la mémoire de Saint Jean Maron, higoumène de ce monastère, qui fut élu par sa Communauté Patriarche d’Antioche, durant la longue carence de ce siège entre 636 et 742.

TROPAIRE DE SAINT AUXENCE Mode 1

Citoyen du désert et ange dans la chair, tu es devenu thaumaturge, ô notre Père théophore Auxence. Par le jeûne, les veilles et la prière, tu as reçu les dons célestes pour guérir les malades et les âmes de ceux qui, avec foi, ont recours à toi. Gloire à celui qui t’a donné la force ! Gloire à celui qui t’a couronné ! Gloire à celui qui, par toi, accorde à tous la guérison !

TROPAIRE DE SAINT MARON Mode 8

Par les flots de tes larmes, tu as fait fleurir le désert aride ; par tes profonds gémissements, tu as fait rendre à tes souffrances des fruits au centuple. Tu es devenu par tes miracles un brillant flambeau pour l’univers. Prie le Christ Dieu, ô bienheureux Père Maron, de sauver nos âmes.

Liturgicon, Missel byzantin à l’usage des fidèles, Mgr. Néophytos Edelby

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Articles récents

Archives
Défilement vers le haut