Solennité du jour : 13 mai 2021 FÊTE DE L’ASCENSION DE NOTRE SEIGNEUR

Cette fête était déjà instituée et célébrée à Jérusalem au IVème siècle. Elle a pour objet le triomphe du Sauveur qui corporellement, rentre au ciel pour y asseoir notre humanité sur le trône divin lui-même.

C’est donc pour nous aussi un jour triomphal : par notre union avec le Christ, dans l’unité de son Corps mystique, nous faisons également notre entrée au ciel, du moins en droit, en attendant que le Seigneur revienne juger l’univers et appelle ses élus, pour les introduire dans son Royaume.

TROPAIRE Mode 4.

Tu fus enlevé en gloire. Christ notre Dieu, réjouissant tes disciples par la promesse de l’Esprit Saint, et les affermissant par ta bénédiction, car tu es le Fils de Dieu, le Rédempteur du monde.

On dit trois fois ce Tropaire.

KONDAKION Mode 6.

Ayant accompli le plan providentiel sur nous, et uni la créature terrestre aux habitants du ciel, tu fus enlevé en gloire. Christ notre Dieu, sans nullement t’éloigner, mais demeurant inséparable et criant à ceux qui t’aiment : « Je suis avec vous et personne ne peut rien contre vous. »

13 MAI Mémoire de la sainte martyre GLYCÉRIE.

Sainte Glycérie subit le martyre à Héraclée de Thrace, sous l’empereur Antonin (138-161). Un jour que le préfet Sabinus offrait un sacrifice aux idoles, elle se signa le front et se présenta à lui, se déclarant chrétienne et servante du Christ. Le préfet l’exhorta à sacrifier aux dieux. Elle pénétra dans le temple des idoles et, adressant une prière au Christ, brisa toutes les statues qui s’y trouvaient. On la suspendit alors par les cheveux, on lui racla le corps avec des peignes de fer et on la jeta en prison… Livrée enfin aux bêtes, elle fut légèrement touchée par l’une d’elles et, sans blessure ni meurtrissure aucune, elle rendit l’âme à Dieu.

TROPAIRE Mode 4

Ta brebis, ô Jésus, crie d’une voix forte : « Mon époux, c’est toi que j’aime, c’est pour te chercher que je combats, c’est avec toi que je suis crucifiée et ensevelie par ton baptême. Pour toi je souffre, afin de régner avec toi. Pour toi je meurs, afin de vivre en toi. Accueille, comme victime sans tache, celle qui par amour est immolée pour toi. » Par son intercession, ô Miséricordieux, sauve nos âmes.

Liturgicon, Missel byzantin à l’usage des fidèles, Mgr. Néophytos Edelby

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Articles récents

Archives
Défilement vers le haut