La vie de prière
En célébrant en commun la prière officielle et publique de l'Eglise, la Communauté reçoit la grâce et l'honneur de participer réellement à la liturgie céleste des chœurs angéliques et des saints qui adorent et glorifient la Sainte Trinité par le chant incessant du Trisagion.
 
une liturgie au monastèreC'est alors que nous entrons pleinement dans le chant de l'Epouse à l'Epoux, et, mieux encore, que nous nous unissons à la prière même du Christ qui intercède sans cesse en notre faveur auprès du Père. (He 7, 25).
C'est pourquoi la prière liturgique de l'Eglise doit nous être tellement chère Elle est éminemment sanctifiante par la sainteté même des Paroles divines, des psaumes et des autres textes inspirés qui la composent, ainsi que par l'abnégation et l'oubli de soi qu'elle réclame de chacune pour harmoniser les voix, les gestes et les attitudes afin que toute l'Oeuvre de Dieu soit accomplie avec le soin, la dignité, la beauté et l'amour qui lui conviennent.
 
Par cette offrande de nos prières, de nos fatigues, de nos chants, des éléments de la création (encens, cierges, huile etc.), nous participons activement à l'unique Sacrifice du Christ, Source de salut et de sanctification. (He 9, 26-28; 10, 10-14; 13, 12)
 
Jésus et Nicodème, fresque de l'église du MonastèreLa prière liturgique évoque tous les hauts-faits de Dieu en faveur de son peuple. Elle culmine en action de grâces dans la sainte et divine Liturgie eucharistique, mémorial du Sacrifice du Christ s'offrant lui-même au Père pour le salut du monde. Nous la célébrons selon le rituel de St Jean Chrysostome.
 
La divine Liturgie eucharistique et la Liturgie des Heures sont des moments insé­parables d'un drame unique qui transfigure et sanctifie le temps et l'espace dans lesquels nous vivons, comme des pélerins en marche vers la Patrie céleste.
 
"Goûtez et voyez : le Seigneur est bon, car, ayant pris pour nous, jadis notre nature pour s'offrir une fois pour toutes comme hostie à son propre Père, Il ne cesse de s'immoler pour sanctifier les communiants."      (Canon eucharistique, 9è ode)

 

 

 

La vie de prière rythme notre quotidien :

Lundi:

le Christ de l'IconostaseOrthros, Laudes 7h30
Sexte/None 12h00
Vêpres 17h
Complies en communauté

Mardi, Mercredi:

Orthros et Laudes 7h30
Divine Liturgie 8h30
Sexte/None 12h00
Vêpres 17h
Complies en communauté

Jeudi:

 
Orthros et Laudes 7h30
Divine Liturgie 8h30
la Vierge de l'IconostaseSexte/None 12h00
Vêpres 17h
Veillée de prière en communauté
 
Vendredi :
Jour de désert  et de retraite hebdomadaire
 
Samedi :
Orthros et Laudes 7h30
Divine Liturgie  8h30
Sexte /None12h00
Vêpres de la Résurrection 17h
Orthros de la Résurrection 19h30

Dimanche :

Laudes 8h35
Divine Liturgie 9h00
Sexte/None 12h00
Vêpres 17h45

Partage communautaire sur la Parole de Dieu en communauté

 

 

La journée monastique commence de "grand matin", comme les myrophores devançant l'aurore."La prière de l'aurore consacre à Dieu les premiers mouvements de l'âme, car il ne faut  se préoccuper de rien avant d'avoir réjoui son cœur en Dieu"  (Grandes Règles, 37).

Les moniales goûtent particulièrement ce temps paisible où la présence de Dieu est plus sensible pendant que la nature et les hommes reposent encore. Le Seigneur Lui-même, par sa Parole et son exemple,  nous invite à l'imiter en offrant au Père, dans la prière,  les premières heures du jour.La journée est divisée entre 7h à 8h de prière, 7h de travail, d'études et d'occupations journalières, 1h de détente et 7 à 8h de repos.

"Confessez donc vos péchés les uns aux autres, afin  que vous soyez guéris" (Jc 5,16 ; Grandes Règles, 37, St Basile; Règle de St Benoît, 42).La Communauté se réunit avant Complies pour évaluer la journée et en ren­dre grâces. Chacune peut alors réparer ce qui aurait pu blesser la charité fraternelle : Dans la paix, les soeurs pourront reposer et chanter dans leur cœur "Voyez qu'il est bon, qu'il est doux, pour des frères, de vivre ensemble et d'être unis." (Ps132)

La semaine monastique est centrée sur le dimanche, jour de la Résurrection du Seigneur, jour de joie, d'action de grâces, de communion fraternelle, d'ac­cueil (Jn 20, 1; Mt 28, 1) .La "montée" vers la Pâque hebdomadaire se prépare dès le jeudi soir par une réunion de prière pour l'unité des Eglises, à la lumière du discours de Jésus et de sa prière à la dernière Cène. (Jn 13,17-17,55) .Cette prière peut se prolonger pour celles qui le peuvent, en union avec l'agonie du Seigneur à Gethsémani.

Le vendredi, jour d'hésychia ou de retraite, de prière et de jeûne - sans repas commun - est centré sur la Passion du Christ et éclairé par une Parole de l'Ecriture discernée dans la prière pour nous laisser convertir. Trois heures de prière de Jésus sont réparties dans la journée et remplacent l'office du jour.

Le samedi nous unit à la persévérance dans la foi de Marie attendant la résurrection de son Fils. La festivité du "Jour du Seigneur" est préparée par la décoration de l'église et du monastère, de l'ordre et de la propreté qui doivent y régner. La mère higoumène donne de préférence son enseignement hebdomadaire ce jour-là, avant le lavement des pieds et la demande de pardon mutuel, qui sont l'ex­pression du désir constant d'être au service les unes des autres et de vivre dans la lumière de la vérité. (Règle de St Benoît 35, 9). Le soir, l'office de la Résurrection est chanté solennellement en Agrypnie.

Le dimanche, on vaque plus longuement à la lecture et à la prière (Règle de St Benoît 48, 22). La veillée fraternelle permet de mieux porter les joies et les fardeaux les unes des autres et de partager dans la louange et la joie de la Résurrection la présence et l'action du Seigneur dans le monde et parmi nous. Aux temps liturgiques que nous offre l'Eglise, en préparation aux fêtes de la Nativité du Seigneur, de Pâques et de la Pentecôte, l'horaire est adapté pour faciliter un recueillement plus intense.

 

Pour mieux nous connaître:

Accueil

Nous contacter

 

 

Congrégation des Moniales Bénédictines de la Reine des Apôtres

L'Eglise grecque-melkite catholique

 

 

Pour nous contacter: